Aujourd’hui, beaucoup de personnes considèrent que les villes sont trop minérales et que la nature n’y est pas suffisamment présente. Les regards changent, évoluent, les mentalités aussi. Les collectivités ont une “gestion différenciée” des espaces verts. La végétalisation des fonds de trottoirs permet de faire accepter l’apparition des plantes spontanées due aux nouveaux modes de gestion, tout en impliquant les riverains à l’embellissement de leurs rues.

Végétalisons les rues

L’érosion de la biodiversité est une préoccupation qui amène de plus en plus d’élus à s’interroger sur des actions à mener pour favoriser la nature. Il ne s’agit plus aujourd’hui de combattre la nature, mais bien au contraire de l’accepter, de composer avec elle, de l’intégrer à nos aménagements pour son bien et pour notre plaisir.

La mise en place de gestion différenciée par les collectivités permet à la végétation spontanée de reprendre peu à peu sa place en milieu urbanisé, entraînant ainsi un enrichissement de la flore et de la faune.

Changeons notre regard, ouvrons nos yeux ! Laissons nos spontanées pousser et coloniser nos cours d’immeubles et nos jardins, les volubiles grimper sur nos murs et nos balcons…

Vegetalisons-nos-murs

Végétalisons nos murs et nos trottoirs

Cette action a été initiée en 1995 par l’association Rennes Jardin dans le quartier Sainte-Thérèse, à Rennes.

Suite au succès de cette opération, la Ville de Rennes décide en 2004, d’étendre l’action à l’ensemble des habitants des différents quartiers rennais. Aujourd’hui, ce sont plus de 2 km de trottoirs qui ont été végétalisés à Rennes.

Pour participer à l’opération et végétaliser l’espace public devant votre maison, les habitants doivent au préalable demander l’autorisation à la direction des jardins de la Ville de Rennes.

Après avoir vérifier la faisabilité du projet, la Ville donne son accord, et installe le parterre demandé (découpage du trottoir, évacuation des gravats et apport de terre). Libre à chacun ensuite de le composer avec les végétaux qu’il aura choisis !

Le succès de la démarche donne naissance à une opération régionale

Suite au succès de l’opération Rennaise “Embellissons nos murs” et aux différentes demandes de transfert d’expériences, Bretagne vivante, la Société d’horticulture d’Ille-et-Vilaine et la Mce ont lancé l’opération “Végétalisons nos murs et nos trottoirs” et ont réalisé une méthodologie à destination des communes de la région, afin d’accompagner celles-ci dans cette démarche en leur proposant différents outils de communication.

Méthodologie Végétalisons nos murs et nos trottoirs

Jardiner-ma-rueJardiner dans ma rue

A fil d’une promenade dans les rues de Rennes, on aperçoit des fleurs qui viennent égayer le bitume et embellir les murs des habitations. Entretenues par les habitants, ces bordures florales sont le fruit du projet « Embellissons nos murs », initié par la Ville en 2004.
Réservé jusqu’ici à la végétalisation des trottoirs le long des habitations, le projet se développe et devient aujourd’hui «Jardiner ma rue». Il inclut désormais les pieds de mobiliers urbains, les pieds d’arbres ainsi que les espaces en terre. Roses trémières, pensées, primevères… chacun est libre de planter ce qu’il souhaite!
Quelques critères à respecter cependant. Par exemple, la circulation des piétons, et notamment des personnes à mobilité réduite, ne devra pas être entravée.
Autre nouveauté, les riverains ont la possibilité d’installer des jardinières. Charge à eux de s’occuper de leurs plantations, sans désherbants ni produits chimiques. Cette démarche s’inscrit dans la volonté de favoriser la biodiversité et d’encourager l’implication des habitants dans l’appropriation de l’espace public.
Contact : Ville de Rennes – Direction des jardins et de la biodiversité – 02 23 62 19 40 ou djb@ville-rennes.fr

Cahier des charges pour la végétalisation du domaine public

Formulaire de demande de végétaliser

Dépliant Jardiner ma rue

Les établissements sans pesticides

mon-etablissement-sans-pesticidesDepuis 2010, Bretagne Vivante et Eau et Rivières de Bretagne proposent des interventions pédagogiques auprès des élèves, en formations agricoles et horticoles, sur le thème des dangers des pesticides de culture.

Cet accompagnement est organisé dans le cadre du programme régional “Eau et pesticides, impacts sur la santé et l’environnement” coordonné par la Maison de la consommation et de l’environnement (Mce).

Elles accompagnent également des lycées agricoles et horticoles sur la suppression des produits phytosanitaires et la mise en œuvre de la gestion différenciée sur leurs espaces verts. A travers ces actions pédagogiques, de nombreux jeunes ont été sensibilisés à cette problématique. Toutefois, un réel changement de pratiques n’est possible que si cette sensibilisation s’accompagne d’une démarche volontaire dans les établissements scolaires visant à bannir l’usage des pesticides.

Ainsi, Bretagne Vivante a travaillé sur une méthodologie d’accompagnement pédagogique “Mon établissement scolaire sans pesticides et avec plus de nature” destinée aux équipes éducatives, techniques et administratives et aux représentants d’élèves des collèges et lycées.

Mon établissement scolaire sans pesticides et avec plus de nature

Choisir son prestataire

Fiche-prestatairesChoisir une prestation écologique pour l’entretien de son jardin

Pas le temps d’entretenir votre jardin ? Manque de compétences ou de matériel ?

Vous avez choisi de faire appel à un professionnel du paysage pour vous aider… avec une certitude : pas de pesticides dans votre jardin ! Vous pouvez exiger un entretien de votre jardin au naturel quel que soit le professionnel choisi : paysagiste, (éco)jardinier payé en CESU…

Eau et rivières de Bretagne et la Mce ont réalisé une fiche pratique en juin 2017. Cette fiche présente les préalables à connaître, les points de vigilance pour choisir votre professionnel et la prestation la plus proche de vos attentes.

Télécharger la fiche Choisir une prestation écologique pour l’entretien de son jardin

Voir aussi la page Ressources qui présente tous les outils (livrets et fiches, malles pédagogiques, centre de ressources et de documentation…) créés par la Mce et ses associations.