L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a revu ses recommandations concernant les différents polluants de l’air extérieur. Les nombreuses études scientifiques ont montré la nécessité de réduire la pollution de l’air en raison de ses  effets à court et moyen terme sur la santé. L’OMS a donc revu, à la baisse, les niveaux de polluants au-dessus desquels il y a des risques pour notre santé.


Pollution de l’air des seuils plus protecteurs pour notre santé

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a ainsi revu les seuils (la valeur moyenne sur un an) pour les polluants suivants :

  • Particules fines (sources multiples : transport, chauffage, agriculture, industrie) : le seuil recommandé pour les PM 2,5 passe de 10 à 5 µg/m3
  • Dioxyde d’azote (polluant issu des moteurs thermiques) : le seuil recommandé pour le NO2 passe de 40 à 10 µg/m3
  • Ozone : alors qu’il n’en existait pas, un seuil est créé pour l’ozone à 60 µg/m3.

La pollution de l’air n’a pas d‘incidences que sur les poumons ou l’asthme, mais induit aussi des accidents vasculaires cérébraux (AVC), infarctus, diabète, retards de croissance, maladies neurodégénératives…

Quel impact sur nos lois ?

Les recommandations de l’OMS n’ont pas force de loi. Ainsi, en mai dernier, le Parlement européen a demandé d’aligner les normes établies pour la France sur celles de l’OMS en actualisant les directives sur la qualité de l’air. Cependant, la France a pris du retard dans la lutte contre la pollution de l’air. Elle a déjà été condamnée par la cour de justice de l’Union Européenne pour non-respect des niveaux de pollution… qui vont encore se renforcer.

L’air en Bretagne ne respecte pas les nouveaux seuils de l’OMS

Bien que la Bretagne soit plus préservée que d’autres régions, les niveaux actuels de pollution ne nous permettent pas de respecter les nouveaux objectifs recommandés par l’OMS :

  • particules fines : les stations bretonnes sont autour de 8 µg/m3 pour un objectif 5 µg/m3
  • dioxyde d’azote : les stations bretonnes de trafic sont en moyenne à 19µg/m3 pour un objectif à 10 µg/m3
  • ozone : toutes les stations de Bretagne, hormis Rennes, dépassent la valeur guide de 60 µg/m3 (avec une tendance à la hausse)

Pour aller plus loin


Voir aussi l’opération Ambassad’Air

MOTS-CLES : pollution de l'air