Q

La Mce sera fermée exceptionnellement le jeudi 14 décembre 2023 de 12h30 à 17h30

Quoi de neuf à la doc ?  Voir les vidéos  📗

Voir toutes les dernières actualités

Crise du logement en France : les associations de locataires alertent !

Date de publication : 27 septembre 2023
crise du logement

Depuis le début de l’année 2023, la crise du logement s’intensifie pour les locataires. Les impayés de loyers sont en hausse et les consultations auprès de la Banque de France bondissent de plus de 30 %, y compris pour les personnes en emploi ou retraitées. Les associations de locataires, présentes sur l’ensemble des territoires et en contact direct avec les habitants, ont adressé quatre propositions d’urgence face à la crise du logement avant la présentation du budget.

Crise du logement en France

Pour le budget 2024, les associations de locataires ont appelé le gouvernement à tirer les conséquences de la “bombe sociale” (selon les propos du ministre du Logement), liée au “choc de l’offre” insuffisante depuis 7 ans par rapport aux besoins des Français.

Plusieurs faits peuvent expliquer la crise du logement en France :

  • Pas assez de logements sociaux malgré des investissements publics massifs,
  • logements trop chers,
  • taux d’intérêt en hausse et pouvoir d’achat des ménages en baisse,
  • prix des matériaux en pleine flambée…

Selon la Fondation Abbé Pierre, “la facture logement, liée à trois décennies de hausse des prix à l’achat et à la location, est encore alourdie par des dépenses énergétiques devenues insoutenables pour de nombreux ménages modestes qui doivent régulièrement choisir entre se chauffer, manger, se soigner et payer leur loyer”.

Pour en savoir plus sur la crise du logement en France

4 propositions d’urgence face à la crise du logement

Face à la hausse des loyers et des charges, les associations appellent le gouvernement à revaloriser les APL

crise du logement

Selon les associations de défense des locataires, “les loyers progresseront encore de 3,5 %, soit une hausse historique depuis plus de 25 ans. A ce jour, le gouvernement refuse de compenser cette hausse des loyers pour les plus fragiles par une hausse suffisante des Aides personnalisées au logement (APL). La grande majorité des locataires est exclue des APL, et sera donc sans aide face à cette augmentation.”

Les associations constatent malheureusement aussi une forte hausse des charges locatives chez plusieurs bailleurs sociaux et privés, avec des provisions en hausse de 40 % à 70 % par mois.

Face à la crise énergétique, les associations appellent le gouvernement à maintenir le bouclier tarifaire et à revaloriser le chèque énergie

Les associations souhaitent que le gouvernement maintienne le bouclier tarifaire compte tenu de la forte volatilité du marché.

De plus, il est nécessaire que le chèque énergie soit accessible pour les classes moyennes et permette réellement d’aider au paiement des charges d’électricité et de chauffage face à ces multiples hausses. Elles recommandent un chèque allant de 200 à 600 euros pour les personnes ayant des revenus inférieurs à 2 000 euros par mois.

A plus long terme, les associations soutiennent les démarches vers un vrai service public de l’énergie, avec le retour du tarif réglementé de vente sur le gaz et d’un monopole d’État pour contenir la volatilité des cours.

Face au risque de ghettoïsation, les associations appellent le gouvernement à défendre le principe de mixité sociale dans les HLM

Le gouvernement a indiqué à plusieurs bailleurs son souhait d’augmenter le Supplément de loyer de solidarité (SLS) dans les HLM pour les ménages des classes moyennes. Ceux dépassant, même temporairement, les plafonds en vigueur ne pourront plus rester en HLM et ne pourront pas trouver de solution dans le parc privé.

Les associations de consommateurs défendent le principe d’un logement abordable pour tous, et non restreints aux plus pauvres, pour lutter contre la crise du logement.

Face à la crise du logement, les associations appellent le gouvernement à reprendre le financement des constructions de logements

Les associations appellent le gouvernement à sanctuariser et à augmenter le budget du logement et de la politique de la ville pour mener une politique ambitieuse sur l’ensemble du territoire et remplir enfin les objectifs de constructions utiles aux habitants.

Elles ne toléreront pas que les locataires se saignent (baisse des APL, flambée des loyers et de l’énergie, manque d’accompagnement en cas de difficultés, baisse de l’entretien et de la maintenance du parc), tandis que le gouvernement semble envisager de plus en plus un abandon et une privatisation complète du logement social.

“Face à l’urgence sociale et la crise du logement que traversent nos concitoyens, nous ne pouvons perdre de temps” : l’AFOC, la CGL, la CLCV, la CNL, et la CSF appellent le gouvernement et l’ensemble des groupes politiques de l’Assemblée nationale à soutenir ces propositions.

Le projet de loi de finances (PLF), comment ça marche ?

Chaque année, le projet de loi de finances initiale propose l’ensemble des recettes et dépenses de l’État pour l’année suivante. Il détermine ainsi le budget, c’est-à-dire la nature, le montant et l’affectation des ressources et des charges selon un équilibre économique et financier déterminé (source Ministère de l’économie).

Une année entière est nécessaire pour élaborer le budget de l’État.

Le projet de loi de finances émane obligatoirement du Gouvernement et est soumis à une procédure parlementaire particulière.

Découvrez le vote de la loi de finance en moins de 2 minutes.

Associations de locataires membres de la Mce

Voir aussi la page Se loger

Faire un don à la MCE, c’est soutenir l’action inter-associative en faveur de l’accès au droit et pour la protection de l’environnement.

dons-mce2

Cela pourrait aussi vous intéresser :

La CLCV de Rennes recrute un(e) chargé(e) de mission

La CLCV de Rennes recrute un(e) chargé(e) de mission

L'association Consommation, Logement et Cadre de Vie - Clcv de Rennes recrute un(e) chargé(e) de mission animation du secteur logement. Le poste est à pourvoir en février 2024. Missions du ou de la chargé(e) de mission à la CLCV de Rennes Le ou la chargé(e) de mission...

lire plus
Désimperméabilisation des sols chez les particuliers

Désimperméabilisation des sols chez les particuliers

Désimperméabilisation des sols chez les propriétaires : un nouveau dispositif pour réduire la surface imperméabilisée sur les terrains et permettre l’infiltration des eaux pluviales dans les sols, est proposé aux propriétaires avec un accompagnement technique et...

lire plus