Carrosserie, direction, freinage, éclairage, suspensions, rétroviseurs, ceintures, plaques d’immatriculation… Depuis le 20 mai 2018, les règles du contrôle technique ont évolué avec l’entrée en vigueur d’un arrêté du 2 mars 2017. Service-public.fr fait le point.

mce

Voiture : un contrôle plus technique


A quoi sert le contrôle technique ?

Le contrôle technique des voitures automobiles est obligatoire pour pouvoir circuler sur route ouverte à la circulation publique. Il permet d’identifier les défaillances susceptibles de porter atteinte à la sécurité des usagers de la route et à l’environnement. Ce contrôle est réalisé dans des centres et par des contrôleurs techniques agréés par les préfets de département. La périodicité et le contenu de ce contrôle dépendent du type de véhicule.

Il s’applique aux véhicules automobiles de plus de 4 ans, dont le poids total en charge est inférieur à 3,5 tonnes. Le contrôle technique périodique doit être :

  • obligatoirement renouvelé tous les 2 ans, après la date du premier contrôle technique ;
  • effectué par le vendeur dans les 6 mois qui précèdent la vente du véhicule à un particulier.

Parmi les mesures à retenir, cet arrêté prévoit notamment :

  • d’augmenter le nombre de points de contrôle à vérifier passant de 123 points à 133 ;
  • d’introduire un 3e niveau de défaillance, le niveau critique (exemple : feux stop défectueux), en plus des deux niveaux actuels (mineur et majeur) ce qui impliquera une augmentation du nombre de défaillances potentielles (environ 600 contre près de 460 aujourd’hui) ;
  • de réduire la validité du contrôle technique au jour du contrôle en cas de constat d’une défaillance critique.

Où faire le contrôle ?

Dans n’importe quel centre agréé en France, vous devez présenter l’original de la carte grise (désormais appelée certificat d’immatriculation).

Liste des Centres agréés de contrôle technique

Pour en savoir plus :

Voir aussi la page Se déplacer