La France est récidiviste en matière de pollution de l’air : depuis 2009, la Commission européenne lui a adressé de manière régulière des avertissements. Ainsi, l’Hexagone se classe au 6ème rang, au sein de l’Union européenne, en ce qui concerne les dépassements des niveaux légaux de pollution de l’air. Médecins et associations unissent leurs voix pour rappeler l’urgence d’agir.

mce

Transports et pollution : une feuille de route du Réseau Action Climat pour mieux respirer

Le Réseau Action Climat et ses associations membres publient leur propre proposition de feuille de route pour la qualité de l’air. Celle-ci présente les mesures concrètes et indispensables à mettre en œuvre urgemment au niveau national, dans le cadre de la future loi d’orientation sur les mobilités ainsi qu’au niveau local. Cette feuille de route permettrait de mettre les politiques de transports et de mobilité au service de la santé de tous et de la lutte contre les changements climatiques.

Parmi les mesures proposées, les nouveaux projets routiers doivent être abandonnés, et des financements suffisants pour des solutions de transports plus écologiques comme le vélo et les transports en commun doivent être développées. Les véhicules diesel et essence sont interdits de circulation dans des « zones à très faibles émissions » situées dans toutes les agglomérations polluées, d’ici à 2025, pour protéger la population. L’application du principe pollueur-payeur, au moyen de la fiscalité écologique dans le transport de marchandises, permettrait de dégager les ressources nécessaires pour financer les alternatives et les mesures d’accompagnement des secteurs et des ménages les plus modestes.

►Lire la feuille de route du Réseau action climat France


Des statues masquées contre la pollution de l’air

Le 31 mars dernier, à travers des actions symboliques, les citoyens et les associations ont appelé les élus à la mise en œuvre rapide et concrète de mesures efficaces dans les transports pour diminuer radicalement les niveaux de pollution qui menacent la santé de leurs habitants.

Des citoyens membres d’associations (France Nature Environnement, Alternatiba-ANV 21, Greenpeace…) et de collectifs citoyens (Respir’action, Strasbourg Respire…) ont affublé de masques antipollution les statues emblématiques de leurs villes respectives, dans les zones concernées par les feuilles de route pour la qualité de l’air, afin de revendiquer le droit de tous à respirer un air sain. Des actions ont eu lieu dans une dizaine de villes, avec notamment plus de 120 statues masquées à Paris.

Présentation et photos de l’action

Infographie du Réseau action climat France sur la pollution de l’air


Voir aussi la page
Se déplacer