Après le succès de la campagne Parlons vélo, qui a permis de donner une dimension politique au vélo, la FUB (Fédération française des usagers de la bicyclette) a lancé, en 2017, la première édition du « Baromètre des villes cyclables ». L’objectif était d’évaluer la cyclabilité des villes françaises à partir du ressenti des cyclistes.

mce

Rennes, 4e ville la plus cyclable dans sa catégorie !


Les résultats du « Baromètre des villes cyclables »

Pour rappel, l’enquête Baromètre des villes cyclables 2017 était accessible en ligne pendant trois mois (de septembre à novembre 2017). Plus de 113 000 contributions ont été enregistrées mais seules les communes ayant récolté un minimum de 50 réponses ont pu être classées pour cette première édition du Baromètre des villes cyclables. Au total 316 communes de France métropolitaine et d’outre-mer sont représentées dans ce classement. Elles sont divisées en cinq catégories de taille démographique.

Selon la FUB, les résultats du Baromètre sont sans aucune ambiguïté : les villes françaises ont des efforts significatifs à faire pour permettre à leurs habitants de se déplacer à vélo confortablement et en sécurité.

La majorité des répondants estime qu’actuellement les conditions de circulation à vélo ne sont pas satisfaisantes : seulement 21 villes sur les 316 classées ont obtenu une note supérieure à la moyenne. Conséquence : les enfants et les seniors sont exclus de la mobilité à vélo, pourtant essentielle à leur autonomie et à leur santé. Mais c’est loin d’être une fatalité puisque les villes qui assument une politique cyclable, comme Strasbourg ou La Rochelle, obtiennent des résultats encourageants.

Découvrir les résultats détaillés

►Télécharger le dossier de presse de la FUB présentant les résultats par région


Analyse des résultats par Rayons d’Action

Dans la catégorie des villes de plus de 200 000 habitants, Rennes est classée 4e par les répondants, derrière Strasbourg (n°1), Nantes (n°2) et Bordeaux (n°3). Néanmoins, ce bon rang ne lui permet pas de dépasser la note de « D », soit « moyennement favorable au vélo ». Le manque de sécurité, de confort et de continuité des aménagements pénalise fortement Rennes, de même que la faiblesse de la prise en compte des problèmes et des propositions des cyclistes ou encore le manque de concertation avec les usagers. L’offre de stationnement, les rues apaisées et la qualité des ateliers et magasins de réparation sont en revanche des points salués par les répondants.

Cesson-Sévigné est classée première ville cyclable en Bretagne. Avec Lorient et Plouzané, elles sont les 3 seules villes bretonnes  considérées comme favorable au vélo. Le Rheu et Betton, les deux autres seules communes comptabilisées au sein de la métropole, sont classées comme moyennes.

Pour Rayons d’Action, la ville et la métropole doivent amplifier leurs efforts et fortement augmenter les moyens alloués à la politique cyclable si Rennes veut espérer atteindre le podium lors de la seconde édition, qui sera organisée en 2019 (publication des résultats en 2020). Et ceci d’autant plus que le trafic vélo explose. D’après les comptages, il a doublé depuis 2011, ce qui nécessite de passer le grand braquet. Près de 50 000 déplacements à vélo seront comptabilisés chaque jour à Rennes en 2020 si cette progression se poursuit au même rythme.

►Télécharger le dossier de presse de Rayons d’Action


Voir aussi la page
Se déplacer