La Mce relaie ce communiqué de Presse

Les épandages agricoles sont en partie responsables de la mauvaise qualité de l’air actuellement. Cet épisode de pollution amplifie la détresse respiratoire des malades atteints du coronavirus. Eau et rivières de Bretagne demande donc des mesures exceptionnelles de restriction d’épandage.

Voici quelques extraits du communiqué de presse de l’association.

« Alors que partout en France le niveau de pollution atmosphérique atteint des niveaux très bas, on constate qu’en Bretagne et sur la partie nord de la France, ces niveaux de pollution restent très élevés. Ce phénomène, constaté par Air Breizh, vient d’être mis en évidence par les scientifiques de Air santé climat, qui en attribuent la cause aux épandages agricoles qui, de mars à mai, sont grands pourvoyeurs de particules fines et responsables de pics de pollution.

En plus de fragiliser notre système immunitaire et de nous rendre plus sensibles aux infections notamment virales, la pollution de l’air amplifie la diffusion et la transmission des agents pathogènes tels que le coronavirus. Ces épisodes de pollution amplifient la détresse respiratoire des malades atteints du coronavirus et compliquent les soins qui leur sont apportés.

Nos préconisations pour la qualité de l’air

En avril dernier déjà, Eau et Rivières de Bretagne alertait sur le rôle de l’élevage dans la pollution de l’air. En juin 2019, notre association organisait le colloque « Pollution de l’air à l’ammoniac issu des élevages agricoles, tous concernés » avec de nombreux acteurs de la qualité de l’air.

Suite à nos débats, la commission agriculture et eau de l’association a élaboré un plaidoyer dont voici les préconisations :

  • une meilleure connaissance de la qualité de l’air,
  • un changement des pratiques agricoles,
  • un changement de modèle agricole.

Notre demande aujourd’hui

Aujourd’hui, vu la gravité de la situation sanitaire actuelle et en vertu du principe de précaution, nous nous mobilisons avec d’autres organisations associatives pour réclamer auprès des pouvoirs publics des mesures exceptionnelles de restriction de l’épandage.

Par ailleurs, les pesticides aggravent également la détresse respiratoire des malades. Nous demandons ainsi que les pulvérisations de pesticides de synthèse soient suspendues. »

►Lire le communiqué « Encadrer les épandages pour limiter la propagation du coronavirus »

► Voir aussi la brochure de 4 pages sur l’ammoniac issu des élevages agricoles, publiée par Eau & Rivières de Bretagne à l’issue du colloque de juin 2019