Les personnes qui ne sont pas exposées aux pesticides dans leur cadre professionnel pourraient, comme les agriculteurs, encourir un risque accru de maladie de Parkinson lorsque l’activité agricole est dense autour de leur lieu d’habitation. L’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) a rédigé un article sur son site Internet.

epandage pesticides

Parkinson : une augmentation du risque associé aux activités agricoles, même en population générale

 

De nombreuses études ont décrit la relation entre l’exposition professionnelle aux pesticides et la survenue de cette maladie neurodégénérative chez les agriculteurs et les travailleurs agricoles. En collaboration avec Santé publique France, une équipe de l’Inserm s’est intéressée à l’impact d’une exposition non professionnelle à ces composés. Ils ont étudié le nombre de nouveaux cas diagnostiqués en fonction de l’importance de l’activité agricole dans chaque canton français, utilisée comme indicateur de l’utilisation de pesticides. Leur conclusion : l’incidence de la maladie de Parkinson serait d’autant plus élevée que les activités agricoles sont développées localement. Le risque serait maximal dans les territoires où la viticulture est fortement présente.

 

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative dans laquelle une population spécifique de neurones est progressivement détruite, conduisant à un tableau de symptômes spécifiques (tremblement, lenteur et troubles de la coordination des mouvements…). Des travaux conduits sur des cellules et des modèles animaux ont en partie permis de décrypter les mécanismes par le biais desquels les pesticides favorisent la neurodégénérescence. Les données toxicologiques et épidémiologiques sont d’ailleurs suffisamment solides pour que la maladie de Parkinson soit inscrite au tableau des maladies professionnelles chez les agriculteurs en France. La place importante des pesticides dans l’agriculture traditionnelle autorise légitimement à poser la question de son impact sur la population générale.

Lire la suite sur le site de l’INSERM

Voir aussi : Jardiner au naturel