Les lampes halogènes vont disparaître des rayons. Les stocks de ces ampoules continuent à être écoulés, mais il n’y a plus de mise sur le marché depuis le 1er septembre 2018. Les consommateurs les avaient largement adoptées. Ils vont désormais devoir leur trouver des remplaçantes. 60 millions de consommateurs répond à vos questions.

mce

Les lampes halogènes disparaissent des rayons !

Comme les lampes à incandescence classiques avant elles, les lampes halogènes sont poussées vers la sortie car elles sont trop énergivores. Elles sont en classe énergétique D, alors que les lampes fluocompactes sont en A et les ampoules à leds en A+ ou A++.

Quelles lampes restent en rayon ?

Deux types d’ampoules électriques continuent à être commercialisées : les leds et les fluocompactes (également appelées éco ou basse consommation).

  • Les fluocompactes

Les ampoules fluocompactes (lampes fluorescentes compactes également appelées éco ou basse consommation) sont présentes depuis longtemps dans les rayons, mais elles ont souffert pendant longtemps d’une mauvaise image. On leur reprochait notamment de moins bien éclairer et d’avoir un temps d’allumage trop long.

Ces défauts de jeunesse ont disparu et elles sont, sur ces points, aussi performantes que les autres. Elles peuvent donc être choisies pour remplacer des halogènes avec seulement deux restrictions : l’éclairage extérieur, car elles supportent mal les basses températures ; et l’éclairage rapproché, car elles émettent un champ électromagnétique qui a conduit l’Agence pour l’environnement et la maîtrise de l’énergie (Ademe) à recommander dans un avis de 2013 une distance de sécurité de 30 cm.

  • Les leds

Les lampes à leds (light-emitting diodes ou diodes électroluminescentes) ont envahi les rayons en quelques années. Leurs performances sont bonnes et leur design s’est amélioré, les fabricants ayant même développé des leds « filaments » qui ressemblent comme deux gouttes d’eau aux anciennes lampes à incandescence. La part importante de lumière bleue qu’elles incorporent suscite toutefois des craintes. L’Agence de sécurité sanitaire française (Anses) devait rendre un nouvel avis sur le sujet avant la fin de l’année dernière, mais on l’attend toujours.

Le Comité scientifique européen sur la santé et les risques environnementaux (Scheer) a, pour sa part, estimé dans un rapport (en anglais), publié l’été dernier, qu’il n’y a pas de risques avec les leds pour la population en général. Il a cependant rappelé que les enfants de moins de trois ans sont plus sensibles à la lumière bleue avec des risques pour la rétine ; et incité à poursuivre les études sur les effets d’une exposition à long terme aux leds pour la population en général. En attendant, et par précaution, il faut choisir des leds à lumière chaude et éviter celles qui émettent une lumière froide (au-delà de 4 000 kelvins).

Ampoules leds ou fluocompactes ?

Il n’y a plus vraiment de raison de préférer une fluocompacte à une led. Pendant longtemps, les fluocompactes ont eu le mérite d’être moins chères à l’achat, mais c’est de moins en moins vrai puisque l’on trouve aujourd’hui des leds à 4 ou 6 €.

Par ailleurs, les leds ont l’avantage de consommer un peu moins d’énergie. Elles sont classées A+ ou A++ alors que les fluocompactes sont A. Les leds ont aussi une durée de vie plus longue : 20 000 heures voire plus contre 8 000 à 10 000 h pour les fluocompactes. Les leds ont donc besoin d’être remplacées moins souvent.

L’Ademe indique enfin que, si l’on examine leur impact environnemental (ensemble du cycle de vie), ce sont désormais les leds qui l’emportent. Les leds sont donc appelées à être les principales remplaçantes des halogènes. Certaines enseignes ont d’ailleurs déjà tourné la page et ne proposent plus de fluocompactes…

Lire la suite sur le site de 60 millions de consommateurs

Pour aller plus loin

Guide de l’Ademe « Choisir son éclairage »

 

Voir aussi la page Se loger