La Mce relaie ce communiqué de Presse

Frais d’incidents bancaires : dans son communiqué, l’Unaf (Union nationale des associations familiales) explique l’urgence de les encadrer « pour permettre une tarification responsable des banques pour tous les consommateurs ».

Voici quelques extraits du communiqué de presse de l’association.

« Le problème des frais bancaires abusifs reste entier.

Censés prévenir les clients « dans le rouge », ces frais, prélevés en cas de dépassement du découvert autorisé, sont pourtant facturés en cascade et de façon automatisée (12€ la lettre, jusqu’à 50€ le frais de rejet de chèque…). Au lieu d’aider les clients, ces frais aggravent les situations : ils génèrent en fait un véritable appauvrissement de tous ceux qui traversent, de façon ponctuelle ou structurelle, des difficultés financières.
Pour faire face à l’urgence sociale liée à la crise sanitaire, qui concerne des millions de familles de toutes catégories sociales, les aides publiques versées aux ménages risquent donc de s’évaporer en frais d’incidents bancaires, n’atteignant pas leurs objectifs : préserver le pouvoir d’achat et redonner confiance aux familles…

Il est maintenant nécessaire de légiférer pour une tarification responsable.

Fin mai 2020, vient en débat au Sénat une proposition de loi visant à rendre effectif et à renforcer le plafonnement des frais bancaires. Le Gouvernement a donc le véhicule législatif pour réguler et intervenir sur cette bombe à retardement des frais d’incidents que l’Unaf, association de consommateurs, et le magazine « 60 millions de consommateurs » dénoncent depuis des années .

La loi Lagarde, encadrant le crédit renouvelable, a démontré en 2010 qu’il était possible, par la loi, de réguler progressivement des produits « toxiques », réduire drastiquement le surendettement, tout en limitant les impacts pour les acteurs économiques. Après l’instauration d’un crédit responsable, et dans une période qui s’annonce particulièrement difficile pour l’emploi et le budget des familles, l’Unaf appelle désormais le Gouvernement et les parlementaires à montrer aux banques la voie d’une tarification responsable, qui protégerait l’ensemble des clients sans attendre leur appauvrissement. »

Contact presse : Laure Mondet – lmondet@unaf.fr/ 01 49 95 36 05

►Télécharger le communiqué de presse

https://www.unaf.fr/

Voir aussi l’actualité Services bancaires en Ille-et-Vilaine : les prix à la loupe !