Prévu à ce jour jusqu’au 10 juillet, le moratoire sur les expulsions locatives doit être prioritairement prolongé jusqu’au 31 octobre prochain pour faire de 2020 une année « blanche », sans expulsions. La crise économique ne fait que s’installer et le pire attend les locataires. Face à ce constat, les associations de défense des locataires invitent les maires à prendre des arrêtés anti-expulsion et interpellent la Préfecture d’Ille-et-Vilaine.
Depuis le 11 mai, la période de déconfinement progressif continue de révéler une fragilisation croissante des locataires les plus précaires. Frappé.es par une perte de revenus totale ou partielle, temporaire ou de long terme, ils sont durement impacté.es par la crise sanitaire (et la crise économique qui en découle). Cette crise qui frappe par ailleurs de nouveaux publics jusqu’alors épargnés.

Une situation déjà alarmante à l’aune de la trêve hivernale 2019

En novembre 2019, les associations de locataires alertaient déjà les pouvoirs publics sur l’augmentation persistante du nombre des expulsions en résultant. Plus de 36 000 personnes effectivement expulsées avec le concours de la force publique en 2018 selon la Fondation Abbé Pierre. Un triste record historique, témoignant déjà d’une crise du logement d’ampleur.

Plus de moyens pour l’accès et le maintien au logement 

La politique gouvernementale doit mettre l’accent sur la protection des locataires en intégrant, dans les politiques de « Logement d’abord » et de « Stratégie pauvreté », des moyens à la hauteur pour :

  • mieux permettre le maintien dans le logement,
  • développer des accompagnements adaptés,
  • informer de manière plus efficiente les locataires sur leurs droits, aides et recours.

Pour que 2020 soit une année blanche pour les expulsions !

Prévu à ce jour jusqu’au 10 juillet, le moratoire sur les expulsions doit donc être prioritairement prolongé jusqu’au 31 octobre prochain pour faire de 2020 une année blanche. La crise économique ne fait que s’installer et le pire attend les locataires.

Face à ce constat, les associations de défense des locataires invitent les maires à prendre des arrêtés anti-expulsion. Elles demandent instamment à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine de :  

  • ne pas accorder le concours de la force publique pour toute expulsion qui pourrait avoir lieu tant qu’il ne sera pas remédier aux difficultés des locataires dues à la crise sanitaire et économique ;
  • faire remonter nos revendications auprès du gouvernement pour que soit mise en œuvre une prolongation du moratoire jusqu’au 31 octobre pour faire de 2020 une année blanche.

La crise économique et sociale s’accentue de jour en jour ; nous invitons donc les familles à ne pas rester seules et à se rapprocher des associations de défense des locataires et des services sociaux.

Télécharger le courrier envoyé à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine

Lire aussi l’actualité Trêve hivernale 2020 : une prolongation jusqu’au 10 juillet !