Un décret relatif à l’inventaire national du patrimoine naturel vient d’être publié. Il permet d’en élargir la base de données, désormais en open data. Barbara Pompili, secrétaire d’Etat chargée de la biodiversité, veut ainsi garantir des débats plus éclairés sur les enjeux de la biodiversité.

Libellule

Portable en main, Bruno David, président du Muséum national d’histoire naturelle (MNHN), et Barbara Pompili, secrétaire d’Etat chargée de la biodiversité, vantent les mérites de l’application mobile INPN Espèces. L’outil numérique, également disponible sur internet, permet aux utilisateurs de connaître précisément les espèces présentes dans leur entourage. Aux 40 millions de données d’ores et déjà présentes dans l’inventaire national du patrimoine naturel (INPN), le décret publié mercredi 30 novembre permettra d’ajouter quantité d’informations issues des études d’impact.

« Il s’agit de dépasser le cercle des passionnés pour rendre accessibles ces questions au plus grand public », explique la secrétaire d’Etat à l’occasion de la publication du décret. Côté recherche aussi, il s’agit d’ouvrir les données à un plus grand nombre. « La connaissance est le socle des politiques publiques. Or, en matière de biodiversité, la moitié de nos informations nous vient des associations », renchérit Barbara Pompili.

Lire la suite sur actu-environnement.org