​En raison de l’épidémie de coronavirus, la trêve hivernale des expulsions locatives et des coupures d’énergie est prolongée de 2 mois, jusqu’au 31 mai. Et des dispositifs, comme le chèque énergie, existent en cas de difficultés de paiement des factures d’énergie.

Prolongement de la trêve hivernale énergétique

L’Ordonnance n°2020-331 du 25 mars 2020 prolonge de 2 mois la trêve hivernale, jusqu’au 31 mai. En conséquence, en cas d’impayés, votre fournisseur ne peut interrompre la fourniture d’énergie (gaz et électricité).

Toutefois, le prolongement de la trêve hivernale ne signifie pas que vos factures sont effacées. L’objectif est de donner du temps afin de trouver des solutions pour régler les factures impayées. A la fin de la trêve, dès le 1er juin, votre fournisseur pourra couper votre alimentation en énergie.

En cas de difficultés, il est conseillé de :

  • contacter, sans attendre, votre fournisseur vous négocier un échéancier de paiement. Cela peut être aussi l’occasion de faire le point et vérifier que votre contrat est adapté à vos besoins ;
  • se rapprocher des services sociaux de votre commune ou de votre département. Fonds de solidarité pour le logement (FSL), chèque énergie, pôle social du fournisseur… il existe des aides et des solutions.

Il est à noter que, pendant la trêve, les fournisseurs d’énergie peuvent procéder à des réductions de puissance, sauf pour les bénéficiaires du chèque énergie.

Le chèque énergie, de quoi s’agit-il ?

Depuis le 1er janvier 2018, le chèque énergie a remplacé les tarifs sociaux de l’électricité et du gaz (TPN, TSS). C’est un dispositif d’aide au paiement des dépenses d’énergie (électricité, gaz naturel, gaz en citerne, fioul, bois…). Il peut être utilisé également pour le paiement de travaux de rénovation énergétique du logement.

Le chèque énergie s’adresse aux ménages qui ont de faibles revenus. Il n’y a aucune démarche à faire pour en bénéficier. C’est l’administration fiscale qui détermine les personnes concernées par ce dispositif. Le chèque est nominatif. Il est envoyé sur format papier.

En 2020, ce sont près de 5,5 millions de ménages qui recevront dans leur boîte aux lettres un chèque pour les aider à payer leurs factures d’énergie. Il est d’un montant de 150 € en moyenne.

Pour en savoir plus :

 

VOIR AUSSI : Trêve hivernale