Autorité de contrôle sur tous les champs de la consommation, la DGCCRF (Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes) présente son bilan d’activités 2017. Près de 112 600 établissements et 12 420 sites internet ont été contrôlés et 315 000 analyses effectuées en laboratoire. Les 126 000 manquements et infractions constatés ont fait l’objet de suites pédagogiques et correctives mais également de sanctions répressives.

mce

DGCCRF : bilan des contrôles et analyses en 2017

L’alimentation est restée un champ majeur de l’action de la DGCCRF en 2017, comme l’illustrent notamment la gestion de l’alerte relative aux produits de nutrition infantile contaminés par des salmonelles et  celle sur les œufs et ovoproduits exposés au Fipronil. La DGCCRF a également porté son attention sur d’autres secteurs de l’économie, en particulier ceux qui tiennent une place importante dans les dépenses des ménages ou qui font l’objet de réclamations et de plaintes nombreuses de la part des consommateurs : jouets, cosmétiques, télécommunications, immobilier, transports…

Source d’opportunités – et de préoccupations – nouvelles, l’économie numérique appelle encore et toujours une vigilance particulière de la part de la DGCCRF, qu’il s’agisse d’assurer le fonctionnement concurrentiel de ce marché ou d’améliorer l’information des consommateurs. En témoigne les enquêtes menées sur les pratiques déloyales de certaines plateformes de e-commerce et qui ont conduit à de lourdes sanctions.

Actions menées en 2017 en matière de santé et de sécurité des consommateurs

L’année 2017 a été marquée par la gestion de deux grandes crises sanitaires : d’une part, pendant l’été, la crise du fipronil dans les œufs et la viande de volaille ; d’autre part, en fin d’année et au début de l’année 2018, la crise des produits de nutrition infantile du groupe Lactalis potentiellement contaminés à la salmonelle. Ces deux crises ont nécessité un fort investissement de la DGCCRF pour permettre le retrait du marché des produits concernés.

La DGCCRF joue aussi un rôle, peut-être moins connu, d’identification et de gestion des risques émergents. Ses services d’enquête ont ainsi effectué un certain nombre de contrôles en vue d’identifier la présence de nano ingrédients dans les cosmétiques et dans les produits alimentaires.

Le bilan 2017 en quelques chiffres clés

  • 551 251 vérifications
  • 112 585 établissements contrôlés
  • 12 414 sites internet contrôlés
  • 315 000 analyses réalisées en laboratoire
  • 71 333 réclamations de consommateurs

La DGCCRF en 2018

En 2018, la DGCCRF continuera de conforter la confiance des consommateurs en ciblant ses actions de contrôle sur les nouveaux modes de consommation et sur la détection des dysfonctionnements qui peuvent affecter l’équilibre des marchés. Elle veillera à la sécurité des produits, en accordant une attention particulière aux risques émergents pour la santé (perturbateurs endocriniens, allergènes, nanoparticules ou nanomatériaux….) et pour la sécurité des utilisateurs (objets connectés, dispositifs médicaux….).

Résultats 2017 de la DGCCRF

Voir aussi : Acheter