Il n’est pas toujours évident de s’y retrouver quand il s’agit de comprendre les dates inscrites sur les denrées alimentaires. Cette incompréhension est souvent la cause de nombreux produits jetés au sein des foyers. L’Inc (Institut national de la consommation) décrypte ces dates.

mce

L’obligation d’apposer une DLC ou une DDM

Chaque denrée alimentaire vendue dans un conditionnement (préemballée) doit obligatoirement comporter un délai pour sa consommation. Ainsi, la date limite de consommation (DLC) et la date de durabilité minimale (DDM) font partie des mentions obligatoires à indiquer sur l’emballage.

Article 9 du règlement n° 1169/2011 du 25 octobre 2011 relatif à l’information des consommateurs sur les denrées alimentaires (dit “Règlement INCO”).

La date limite de consommation (DLC) : “à consommer jusqu’au”

La date limite de consommation est apposée sur les denrées alimentaires qui sont “microbiologiquement très périssables et qui, de ce fait, sont susceptibles, après une courte période, de présenter un danger immédiat pour la santé humaine” (article 24 du Règlement INCO).

Ainsi, une fois la DLC passée, une denrée alimentaire est dite dangereuse. La sécurité des denrées assorties d’une DLC n’est garantie que si les conditions de conservation ont été respectées (notamment la température de conservation indiquée sur l’emballage).

Les denrées périssables à conserver au frais (celles dont la température de conservation est indiquée sur l’emballage) présentent, pour la majorité d’entre elles, une DLC. Il s’agit de denrées sensibles, souvent riches en eau : les viandes, les poissons et produits de la pêche, les œufs, certains produits laitiers, la charcuterie, les plats cuisinés réfrigérés, les salades composées, les jus de fruits frais, les soupes fraîches, etc.

Au-delà de la date indiquée, la denrée ne pourra plus être ni vendue, “ni consommée” : il s’agit d’une date impérative. En effet, une fois ingérée, elle pourrait provoquer une intoxication alimentaire.

La date de durabilité minimale (DDM) : “à consommer de préférence avant”

La DDM est apposée sur les denrées alimentaires qui ne sont pas soumises à une DLC. Il ne s’agit pas d’une date impérative.

Sont concernés les produits moyennement et peu périssables tel que les produits secs, stérilisés, lyophilisés et déshydratés (gâteaux secs, boîtes de conserve), les produits non secs (les purées, les jus, les sauces, les compotes).

Ces produits peuvent être conservés très longtemps mais une fois ouverts, ils doivent être conservés au frais et consommés très rapidement.

Une fois la date passée, la denrée ne présente en principe pas de danger pour la santé. Elle peut donc encore être consommée. En revanche, elle pourra avoir perdu tout ou partie de ses qualités organoleptiques, nutritives, gustatives ou physiques, telles que le goût ou la texture.

Voir aussi la page Se nourrir