Le DALO (Droit Au Logement Opposable) permet aux personnes mal logées d’être reconnues prioritaires afin de faire valoir leur droit à un logement ou un hébergement digne. La Maison de la consommation et de l’environnement a organisé une formation à destination des associations de défense des locataires bretonnes.

Une formation sur le DALO organisée en mars 2020

Cette journée de formation marque la deuxième rencontre des associations finistériennes et morbihannaises autour du DALO. En effet, suite à la rencontre du 13 novembre 2019, les associations siégeant aux COMED, COmmissions de Médiation, du Finistère et du Morbihan, se sont à nouveau réunies. Cette deuxième rencontre a ainsi été l’occasion d’une formation sur le DALO.

C’est l’Association DALO, représentée par Diane Forin et Mary Lemeland qui a animé cette journée de formation organisée en 2 temps :

  • une matinée de théorie,
  • un après-midi de pratique.

 

Une matinée de théorie

En premier lieu, lors de cette demi-journée, les formateurs ont abordé :

  • les principes de la loi DALO ;
  • les situations permettant de faire un recours ;
  • le rôle de la COMED ;
  • les chiffres du DALO pour 2019…

La matinée a ainsi été ponctuée de nombreux échanges avec les participants. Il est à noter que les informations transmises ont soulevé de nombreuses questions des associations au regard de leur expérience en COMED ou de l’assistance du public DALO.

 

Un après-midi de pratique

Après la théorie, la formation s’est poursuivie avec l’étude de cas pratiques. A partir de situations fictives, les associations ont pu s’exercer à l’identification de ce qui relève ou non de la mauvaise pratique. Chacun a pu présenter un cas et donner son appréciation. Puis les autres participants ont exprimé leur opinion.

Les intervenantes, Diane Forin et Mary Lemeland, ont conclu chaque examen de situation en apportant une réponse précise, à la lumière de la jurisprudence applicable. L’exercice s’est révélé particulièrement instructif puisqu’il a permis d’identifier les points de vigilance communs à l’examen de toute situation et d’apprendre les particularités de chaque situation pouvant justifier un recours DALO.

 

Le partage de savoirs et d’outils au profit du réseau

Au terme de cette riche journée de travail, les participants ont réaffirmé leur souhait de travailler en commun et d’agir en réseau sur la question du DALO. L’Association DALO a mentionné la possibilité de suivre le collectif à l’occasion de ses réunions périodiques, ce qui a été accueilli avec enthousiasme par les associations. L’Association DALO a également ouvert aux participants un compte vers l’espace adhérent de son site Internet pour que chacun puisse bénéficier des nombreux outils : jurisprudences, aides aux différents recours, etc.

Cette deuxième rencontre a donc été une belle réussite, tant sur le plan de l’appropriation de savoirs et d’outils que sur le plan de la mise en réseau.

 

Pour aller plus loin :

 

Voir aussi la page Se loger