Après Arnaud Fourrier, pépiniériste, et l’association Là-Haut, dédiée à la grimpe d’arbres, continuons notre tour d’horizon des métiers autour de l’arbre. Aujourd’hui, nous vous racontons l’histoire d’une « folie douce », celle de la création d’un des plus beaux jardins d’Ille-et-Vilaine : le Parc Botanique de Haute-Bretagne. Rencontre au pays de Fougères avec Alain Jouno, créateur et concepteur de ce lieu enchanté.

Lorsque l’on flâne à travers ses allées, difficile de s’imaginer qu’il est né en quelques mois seulement. Alain, ingénieur agronome de formation, l’a entièrement conçu à partir d’une grande friche de 25 hectares. Son travail, qui l’a conduit dans les années 1990 à produire une étude sur l’ouverture des parcs et jardins au public en France, l’a mené à repenser son rêve d’adolescent : celui d’être architecte paysagiste. En découvrant l’immense domaine de La Foltière en 1994, il a tout de suite imaginé un parcours de visite pour les promeneurs.  Ce fut chose faite 18 mois plus tard, à l’ouverture du parc au printemps 1996.

Une déambulation poétique

« Jardin des mille et une nuits », « Reposoir de l’harmonie du Soir », « Cité de Knossos »… Une fois dans le parc, c’est une promesse d’évasion qui nous est faite. Chacun des 24 jardins est introduit par un poème, et fait référence à un mythe, un imaginaire oriental… Son concepteur, affirmant que son intérêt pour les arbres vient de sa passion pour le paysage, est un passionné de botanique : des milliers d’espèces végétales sont visibles dans le parc. Sa curiosité est insatiable, elle s’inspire notamment de ses voyages et de ses recherches pour offrir au visiteur un spectacle magnifique et changeant.

Un jardin écologique

En admirant ces espèces qui cohabitent si bien, on se demande quelle est la recette de cette harmonie. La gestion du parc est totalement écologique : son créateur nous explique qu’une telle diversité d’essences crée un équilibre entre nuisibles et prédateurs. La vigueur des nombreuses essences de rosiers laisse plus d’un promeneur songeur… Depuis quelques années, le spécialiste introduit de plus en plus d’espèces menacées d’extinction dans leur milieu naturel, à l’image des grands araucarias angustifolia (originaires du Brésil). Sa manière à lui de participer à la protection de l’environnement et de sensibiliser le public.

►Site du parc botanique de Haute-Bretagne

► Lire l’article sur Arnaud Fourrier

► Lire l’article sur l’association Là-Haut

Voir aussi la Page Découvrir la nature et l’inventaire des arbres remarquables en Bretagne