Le 30 novembre 2018, l’association Alter-ondes 35 a publié un communiqué demandant l’arrêt de l’expérimentation de la 4G dans le métro rennais.

mce

Alter-ondes 35 demande l’arrêt de l’expérimentation de la 4G dans le métro de Rennes

« Depuis le 1er octobre, la téléphonie mobile est disponible dans le métro rennais, mais les mesures relevées avant et après le déploiement laissent apparaitre des résultats décevants et très loin d’être conforme à ce qui était attendu! Notamment, des mesures effectuées dans 2 stations du métro Rennais, montrent des résultats catastrophiques et au-delà des 40v/m mettant en danger la population ! Pour rappel on aurait dû être selon les attendus pour le déploiement du 4G dans le métro Rennais en dessous des 3v/m et dans 99% des cas < à 1v/m.

La commission européenne, dans sa résolution « 1815 » de 2011 demande « de fixer un seuil de prévention pour les niveaux d’exposition à long terme aux micro-ondes en intérieur, conformément au principe de précaution, ne dépassant pas 0,6 volt par mètre, et de les ramener à moyen terme à 0,2 volt par mètre ». Nous souscrivons complètement à ces normes qui préservent la santé des personnes et notamment les personnes les plus exposées aux ondes électromagnétiques : les femmes enceintes, les enfants, les personnes EHS et les personnes fragiles.

Considérant qu’un risque d’effets thermiques et de perturbations physiologiques graves (avérées entre autres dans le rapport Bio Initiative de 2012) ne peut pas être écarté puisque les mesures présentées n’ont pas été extrapolées à trafic maximum, c’est à dire aux heures de pointe dans le métro. Étant déjà élevées, l’extrapolation arrivera à des niveaux de champ pouvant dépasser les 28 V/m.

  • la norme NF EN 61000 (3 V/m) n’est pas respectée donc risque de dysfonctionnement de matériel électronique notamment le matériel médical (pacemaker, pompe à insuline…)
  • les risques d’effets à moyen terme sont à envisager notamment pour le personnel travaillant dans le réseau ou les rames du métro.

C’est pourquoi nous demandons l’arrêt de la 3G/4G dans le métro Rennais, tant que des mesures plus conformes ne seront pas observées.

Sur ce projet, nous demandons que le CRIIREM (Centre de recherche et d’information indépendant sur les rayonnements électromagnétiques) organisme indépendant, soit missionné par Rennes Métropole avec un budget alloué pour suivre l’expérimentation et fournir des diagnostics et des observations aux parties prenantes.».

►Télécharger le communiqué d’Alter-ondes 35


Pour aller plus loin :

Site Internet d’Alter-ondes 35

Permanences d’Alter-ondes 35

Voir aussi la page Communiquer/ ondes électromagnétiques