L’association Eau et Rivières de Bretagne est membre du Collectif pour la survie de l’abeille. Elle relaie leur action qui se déroulera le lundi 4 juin, à 11 heures, devant la préfecture de Région Bretagne.

Dans l’actualité également

Fne_sentinelles de la nature

Soutenez la plateforme de signalement des atteintes à l’environnement !

Aidez les associations de protection de l'environnement à faire entendre la voix de la nature. Eau...
engoulevent oiseau

Les nuits de l’engoulevent

L'engoulevent est une espèce d'oiseau qui vit notamment dans les landes bretonnes ; ces dernières...
expo_ortie-et-compagnie-panneau-epilobe

Nouveauté ! Ortie et compagnie : un livret et une exposition

Bretagne vivante et la Maison de la consommation et de l’environnement ont créé deux outils...

COP régionale – la société civile espère une Bretagne en transition citoyenne

Suite à la COP 21 et aux accords de Paris, la Région Bretagne et la Préfecture de Région ont...
Libellule

Les données des études d’impact sur la biodiversité seront bientôt en libre accès

Un décret relatif à l'inventaire national du patrimoine naturel vient d'être publié. Il permet...

Abeilles bretonnes en danger : mobilisons-nous le 4 juin


Le Collectif a adressé un courrier au préfet de Région dont voici des extraits
 :

« Monsieur Christophe Mirmand, préfet de région,
Nous attirons votre attention sur un événement sans précédent survenu en Bretagne ce printemps avec une mortalité des ruches d’une ampleur exceptionnelle. Cette catastrophe est un signe évident de la détérioration de notre environnement et de la biodiversité en général.

Elle met en péril de nombreux apiculteurs dont beaucoup sont en très grande difficulté et au bord de la faillite. Si les préjudices financiers sont considérables, les préjudices psychologiques ne sont pas moindres, et nous pouvons témoigner d’une grande détresse et une bien légitime colère dans toute la filière apicole.

Les taux de perte avoisine les 70 à 90% selon les secteurs, c’est selon nos premières estimations plus de 20 000 ruches qui ont été décimées sur les 60 000 recensées en Bretagne.

Nous constatons que ces pertes sont indépendantes des différentes pratiques d’élevage et de suivi sanitaire de la part des apiculteurs. La multiplicité des cas ne laisse aucun doute à ce sujet.

Nous soupçonnons très fortement l’usage irraisonné de pesticides dont les néonicotinoïdes, insecticides systémiques et très rémanent dans le sol, d’être responsable de cette hécatombe. De fait, cette dégradation affecte tous le vivant et la disparition des abeilles n’est malheureusement que le sommet visible de l’iceberg, elle concerne aussi tous les insectes pollinisateurs.

Face à cette catastrophe écologique nous sollicitons auprès de vous une entrevue pour vous demander :

  • De prendre acte de cette mortalité exceptionnelle de nos ruchers et expertiser de façon indépendante les pertes, les causes et les conséquences financières et environnementales de ce sinistre.
  • De prendre des mesures urgentes d’interdiction de tout insecticide à l’origine de ces mortalités si nous souhaitons que nos enfants et petits enfants puissent connaître les abeilles et aussi poursuivre notre beau métier.
  • Et enfin de mettre en œuvre des mesures d’aides et de soutien à la filière apicole si nous voulons trouver encore du miel breton dans nos magasins… »

Les apiculteurs du Collectif pour la survie de l’abeille appellent tous les citoyens à venir les soutenir sur leur campement devant la Préfecture de région à partir du lundi 4 juin 11h, rue Martenot à Rennes.

« Apiculteurs ou amoureux de la nature, avec votre pique-nique et votre sac de couchage et votre tente, venez très nombreux pour soutenir les revendications contenues dans la lettre adressée au Préfet. »

►Courrier du Collectif adressé au préfet de Région

►Facebook du Collectif pour la survie de l’abeille


Voir aussi la page
Découvrir la nature