La Fondation Abbé Pierre dresse chaque année son analyse sur la politique et la crise du logement en France au travers de son rapport sur l’État du Mal-Logement en France. La 22e édition de ce rapport annuel dessine le portrait d’une France fracturée par la crise du logement.

Tendances à l’aggravation

4 millions de personnes sont sans abri, mal logées ou sans logement personnel. Outre ces situations les plus graves, plus de 12millions de personnes sont touchées à des degrés divers par la crise du logement. Effort financier excessif, précarité énergétique, risque d’expulsion locative, copropriétés en difficulté, surpeuplement… au total, sans les doubles comptes, près de 15 millions de personnes sont touchées (on annonce 12 millions 4 lignes au-dessus, est-ce pertinent de conserver les 2 chiffres ?), à un titre ou à un autre, par la crise du logement. À bien des égards, pour les pauvres, les classes populaires et moyennes, la situation tend à s’aggraver, en particulier depuis la hausse des prix de l’immobilier des années 2000 et le déclenchement de la crise économique en 2008.

Le nombre de personnes sans domicile a augmenté de 50 % entre 2001 et 2012. Celui des personnes en hébergement contraint chez des tiers de 19 % entre 2002 et 2013. Les personnes en surpeuplement accentué sont de plus en plus nombreuses, alors que la tendance depuis des décennies était plutôt à la baisse : + 17 % entre 2006 et 2013 pour le surpeuplement accentué et + 6 % pour le surpeuplement modéré.

 

La crise n’est pas forcément là où on l’attendait

Les locataires continuent de payer leur loyer puisque le nombre d’impayés semble stable. Mais à quel prix… Les Français sont 44 % de plus qu’en 2006 à se priver de chauffage à cause de son coût. 42 % de plus à subir un effort financier excessif pour payer son logement.

Résultat, le nombre de personnes modestes ayant eu froid à leur domicile pour des raisons liées à la précarité s’est accru de 25 % entre 2006 et 2013. Le nombre d’expulsions locatives avec le concours de la force publique a atteint son record en 2015, avec 14 363 expulsions, un chiffre en hausse de 33 % par rapport à 2006.

 

Appel à une mobilisation citoyenne

En cette année électorale, ce tableau alarmant appelle une mobilisation de la classe politique mais aussi, dix ans après la mort de l’Abbé Pierre, de la société tout entière.

Ce rapport met en avant les initiatives qui marchent, en France ou à l’étranger. Et il appelle à en tirer les leçons, à les généraliser, à sortir de la simple expérimentation pour changer le braquet de la politique du logement.

Logement d’abord, habitat indigne, éradication des passoires thermiques, mobilisation du parc privé… : il met en débat 15 grandes propositions pour faire reculer la crise du logement (insérer le lien ), et appelle chacune et chacun à s’en emparer.

►Télécharger le 22ème rapport de la Fondation Abbé Pierre

A VOIR également sur notre site : Se loger