Les diffuseurs électriques font l’objet d’un certain engouement auprès des consommateurs. Compte tenu de leurs caractéristiques – notamment du fait de l’utilisation de liquides pour leur fonctionnement – ils peuvent toutefois présenter des risques. Afin de s’assurer de leur conformité, la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) a vérifié 184 références. Cette enquête a mis en évidence la présence sur le marché de produits dangereux ainsi qu’une méconnaissance par les professionnels des différentes règlementations applicables.

diffuseurs

Les diffuseurs électriques

Commercialisés pour parfumer, désodoriser, tuer ou faire fuir les insectes, les diffuseurs électriques agissent par micro-diffusion, ventilation, échauffement ou brumisation et sont branchés directement sur secteur ou par un câble d’alimentation.

Les risques identifiés et défauts de conformité potentiels sont les suivants : risque de choc électrique, risque toxique ou de départ de feu, présence de substances chimiques interdites, défaut ou non-conformité d’informations relatives à la sécurité ou aux dangers liés aux substances et absence ou non-conformité des marquages obligatoires. Du fait des risques particuliers qu’ils présentent, les diffuseurs fonctionnant par chauffage ont été ciblés prioritairement.

Les contrôles se sont déroulés auprès des responsables de la première mise sur le marché national (RPMM) et auprès des distributeurs (hypermarchés alimentaires, magasins spécialisés en bricolage, solderies, jardineries, quincailleries et petits magasins d’esthétique et de beauté).

Des produits relevant de plusieurs obligations réglementaires

Les diffuseurs électriques, appelés à être branchés sur le secteur, relèvent de la réglementation sur les produits électriques destinés à être employés dans certaines limites de tension (décret n° 2015-1083).

Les produits contenus dans ces diffuseurs et destinés à être diffusés relèvent des réglementations applicables aux produits chimiques. Ces dernières prévoient notamment des restrictions d’utilisation de certaines substances et des dispositions relatives à l’information du consommateur sur les dangers que peuvent présenter les produits diffusés.

Les produits insecticides et répulsifs d’insectes répondent enfin à la définition d’un produit biocide et doivent à ce titre répondre aux exigences de la règlementation applicable à ce type de produits, notamment en ce qui concerne les règles d’étiquetage.

Des articles non-conformes et susceptibles d’être dangereux

26 produits ont été prélevés :

  • 24 vaporisateurs ont été testés pour en vérifier la sécurité électrique : 22 ont été déclarés non-conformes, dont 2 non-conformes et dangereux en raison d’un risque de choc électrique ;
  • 18 échantillons (produits à diffuser) ont fait l’objet de vérifications des règles applicables aux produits chimiques : 14 ont été déclarés non-conformes.

Le taux global de non-conformité est de 92% (taux très élevé en raison du ciblage des produits par les enquêteurs, qui n’est donc pas représentatif du taux de non-conformité du marché).

Enquête détaillée sur le site de la DGCCRF 

 

Voir également sur notre site : Se loger, rubrique Qualité de l’air intérieur